Il y a ceux qui aiment, ce village le matin,

Sa mer de nuage et le Mont Blanc au loin,

Ses levers du soleil, chaque jour différents,

Sa palette de couleurs, ses reflets éclatants...

 

Il y a ceux qui aiment, ses hameaux en hauteur,

Ou plus bas côté plage, ses rivières, ses douceurs,

Ses temps changeant qui font, jouer sur chevalet

Un air de 4 saisons, Vivaldi en Forez...

Il y a ceux qui aiment, ce village en plein jour,

Voient dans l'histoire ancienne, son clocher et sa tour,

Ressentent dans la pierre, le travail du passé,

Paysans, hommes de terre, semeurs des champs de blé...

                                                                           Il y a ceux qui aiment, ce village la nuit,

                                                                           Couvée par la grande ourse, sa chapelle se luit,

                                                                           Hulule chouette hulotte, le silence s'enfuit,

                                                                           Et rentre dans la danse, la valse des esprits...

Et il y a ceux qui vivent, ici toute l'année,

Les enfants de Marols, font d'un rien un jouet,

A l'école des savoirs, les êtres sont comblés,

Les pierres des murs résonnent, de leur jovialité,

 

Les chemins, les forêts, plus rien n'a de secret,

Leur cartable d'écolier ressemble à un herbier,

Ici tous les enfants connaissent l'imparfait,

Qui donne à leur jeunesse, parfum de Liberté...

 

 

 

 

                                                                              M.B